Retour à l'actualité

100 poèmes pour le vin

Depuis la Haute Antiquité, toutes les civilisations ont chanté ses louanges, lui qui par excellence est le breuvage que les dieux ont réservé aux hommes qu’il vienne de la Perse, de l’Empire du milieu, de la Rome antique, et encore de la douce Angleterre ou de l’âpre Chili et bien sûr de la France éternelle !
Les poètes comme Colette, Lamartine, Alphonse Daudet, Anacréon, Du Bellay, Jean Richepin, Gaston Couté ont chanté le rôle de la terre et le travail de l’homme dans l’élaboration du vin. Desnos, Rabelais, Shakespeare, Ronsard, Neruda, Molière, Apollinaire en ont célébré les bienfaits. Mais tous, avec Verlaine, Tchang Kien, Aristide Bruant, Omar Khayyâm, La Fontane, Li Po, Abû Nuwâs, Victor Hugo, Yeats, Prévert et quelques autres ont loué l’ivresse libératrice qu’il apporte à celui qui s’abandonne aux sortilèges du nectar.

Julia Hung délivre un bel ouvrage à offrir aux passionnés pour les fêtes de fin d’année : "Le vin en cent poèmes", 29 € et 216 pages, aux éditions Omnibus.

Le saviez vous ?

Marcel Proust (1871-1922) a dit :

"Le parfum reste la forme la plus tenace du souvenir." Les sens sont le reflet de notre vie : ils nous renseignent sur notre environnement et (...)